Retour au menu

wpc78942c0.png
Charles VOLCKCRICK
Sergent-chef. 51ème R.I

Charles n’avait pas été relevé depuis le début des combats. Exténué, il luttait, vaille que vaille, à la tête des ses hommes « Il fallait tenir à tout prix, sans esprit de recul », avait ordonné un commandant de la 3ème Division d’Infanterie de Marine qui combattait aux cotés du 51ème Régiment d’Infanterie. Ils tinrent bon et résistèrent à la limite de leurs forces mais les armées allemandes, solidement entrainées depuis des années, correctement ravitaillées en carburant, en hommes, en armes, fortement soutenues par l’aviation, allaient sortir victorieuses de cet affrontement. Les allemands gagnaient du terrain mètre après mètre. Ce vingt quatre mai, Charles et ses hommes s’étaient engagés jusqu’à une ferme isolée au lieu dit « La Grange au Mont ». Après un terrible bombardement et une fusillade d’une violence inouïe, l’attaque avait débouché à quelques centaines de mètres de ce secteur. Aveuglés par les obus fumigènes ils ne purent  discerner la seconde salve de fusants qui allaient s’abattre sur la côte 296.

A cet instant, le sergent-chef Charles Volckcrick, qui combattait  vaillamment avec ses hommes, trouva la mort le 24 mai à 15h30. Quand on le retrouva, son casque était percé de deux trous au côté droit.