wp0af13f4d.png




  Charles Hubert, personnage central de ce roman,  vit le jour en 1851 dans le nord de la France, au carrefour d’une République balbutiante, d’une royauté moribonde et d’un second empire qui tentait de s’imposer tant bien que mal.
« L’empire c’est la paix », avait dit Napoléon III. Les parents de Charles Hubert avaient cru en cette devise. Ce fut pourtant un règne de guerres, de richesses mais aussi de grandes folies qui allaient déboucher sur le conflit franco-allemand de 1870 dont les conséquences et les pertes allaient engendrer une haine féroce, débouchant sur une revanche nourrie pendant plus de quarante ans et aboutir aux guerres de 1914, puis 1945.

Au fil du siècle, Charles Hubert et sa famille vont être les témoins de destructions sans précédent qui feront de cette terre un enfer constant où chaque fois, l’ennemi déversera ses bombes, ses gaz sur des champs qui venaient à peine de renaître. Ils seront aussi spectateurs des bouleversements sociaux et spirituels d’un siècle en mutation. Espoir et désespoir cohabiteront douloureusement mais cette population trouvera toujours la force extraordinaire de vivre plutôt que de mourir. Charles Hubert allait décéder , presque centenaire, en 1947.
Un jour, bien après la guerre, Marie, découvrira dans le grenier, un casque percé de deux trous au coté droit et n’aura de cesse de savoir à qui il appartenait. Sa grand-mère Hélène qui, jusque là, avait tu ses souffrances, va lui conter toute l’histoire de sa famille, de sa région, des conflits, des séparations dont elle a été le témoin jusqu’au 24 mai 1940, date à laquelle son fils Charles Volckcrick, trouvera la mort. Sergent chef au 51ème régiment d’infanterie, il sera tué à Stonne, près de Sedan et recevra à titre posthume la médaille militaire et la croix de guerre. En quarante huit heures, plus de vingt mille soldats y trouveront la mort et ce massacre sans précédent sera qualifié de second Verdun.
Ce roman a été construit à partir d’une histoire vraie, de documents d’archives  de Napoléon III à 1947.